Percy Cayetano Acuña Vigil

Página organizada por Percy Cayetano Acuña Vigil, está dedicada a temas de información y de discusión del urbanismo, el planeamiento y la arquitectura, enmarcados por mi visión de la filosofía política.

Sugerencias

Comentarios recientes

Se encuentra usted aquí

Nouvelles et commentaires : mardi 9 février 2016

vk

Nouvelles et commentaires : mardi 9 février 2016     

Primaires américaines : ultimes passes d’armes pour convaincre l’imprévisible New Hampshire

Cet Etat coutumier des surprises électorales sera mardi le deuxième à départager les candidats à l’investiture.

Malgré la neige qui commençait à tomber, les candidats à la Maison Blanche ont jeté lundi 8 février leurs dernières forces dans la bataille pour tenter de convaincre les électeurs du New Hampshire. Les candidats républicains et démocrates ont sillonné écoles, universités, épiceries ou salles municipales pour convaincre les électeurs de ce petit Etat américain, connu pour être imprévisible, qui se prononceront mardi à partir de minuit (6 heures du matin en France).

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/elections-americaines/article/2016/02/09/primaires-americaines-ultimes-passes-d-armes-pour-convaincre-l-imprevisible-new-hampshire_4861625_829254.html#2ZEIAXhDKv8AHz0I.99     

Jérôme Cahuzac le 8 février à Paris. (AP Photo/Christophe Ena)             

La « gifle » du procureur qui rappelle au prévenu Cahuzac le ministre qu’il a été

L’ancien ministre du budget comparaissait lundi devant le tribunal correctionnel de Paris pour y répondre de « fraude fiscale » et de « blanchiment de fraude fiscale ».

    

L'ancien ministre des finances grec Yanis Varoufakis lance mardi à Berlin son mouvement politique Democracy in Europe Movement 2025 (DIEM25), en faveur de plus de démocratie et de transparence dans les institutions européennes.       

Yanis Varoufakis remonte sur le ring à Berlin

 L’ancien ministre des finances d’Alexis Tsipras lance mardi à Berlin un mouvement en faveur d’une plus grande démocratisation de l’Union européenne.

Le manque de démocratie des institutions européennes a toujours été le cheval de bataille de l’économiste grec Yanis Varoufakis. « J’en ai fait expérience », explique-t-il au Monde. Avec ses compagnons de route, l’ancien ministre des finances d’Alexis Tsipras doit lancer mardi 9 février à la Volksbühne de Berlin, un célèbre théâtre, un nouveau mouvement politique, DIEM25 (pour Democracry in Europe Movement 2025).

El exministro de Finanzas griego Yanis Varoufakis ha dado a conocer este martes en Berlín, una ciudad que considera como la nueva capital de Europa, las ideas motoras de un ambicioso movimiento político paneuropeo con el que pretende salvar y democratizar a la Unión Europea. El movimiento, que busca unir a todas las fuerzas de izquierda del continente para evitar que la casa común europea estalle en mil pedazos ha sido bautizado como Movimiento por la Democracia en Europa 2025 (DiEM25, en sus siglas en inglés).

Lire aussi : La « star » Varoufakis se cherche un destin

Tout au long du bras de fer qui opposa le gouvernement grec d’Alexis Tsipras à ses créanciers, de janvier à juillet 2015, Yanis Varoufakis a représenté son pays lors de plusieurs réunions de l’Eurogroupe (réunion informelle des ministres des finances des Etats membres de la zone euro).

Les relations avec cette instance dominée par le grand argentier allemand, Wolfgang Schäuble, étaient exécrables. La Grèce était aux abois, menacée d’être expulsée de la zone euro. Et le style flamboyant de son ministre des finances n’était guère du goût de ses homologues.        

Six chiffres-clés pour comprendre le suicide en France

Près de 10 000 personnes mettent fin à leurs jours chaque année, soit environ 25 par jour, selon le dernier rapport de l’Observatoire national du suicide. Les plus âgés et les agriculteurs constituent les populations les plus à risque.

Jean-Jacques Urvoas, le 5 février.             

Etat d’urgence : les députés adoptent l’article 1 de la révision constitutionnelle

Dans un hémicycle aux trois quarts vide, les députés ont entériné lundi soir le principe d’un contrôle parlementaire de l’état d’urgence.

L’Assemblée nationale a adopté, à 103 voix pour, 26 contre et 7 abstentions, le premier article du projet de loi de révision constitutionnelle, lundi 8 février dans la soirée. Comme attendu, des députés de tous bords ont constitué une large majorité pour approuver l’inscription dans la Constitution des modalités de recours à l’état d’urgence.

Si une très large majorité des élus socialistes présents (96) ont approuvé cet article, onze d’entre eux ont refusé de le faire, dont l’ancien ministre Benoît Hamon, qui a voté contre. Chez Les Républicains, nettement moins représentés dans l’hémicycle, la plupart des élus se sont opposés à la mesure – seul un des dix députés présents votant pour – ainsi que tous ceux du Front de gauche et la plupart des écologistes.

En un parlamento tres cuartas partes vacío, los diputados aprobaron el lunes por la noche el principio de control parlamentario del estado de emergencia.
La Asamblea Nacional aprobó, por 103 votos a 26 en contra y 7 abstenciones, el primer artículo del proyecto de ley de revisión constitucional, el lunes 8 de febrero . Como era de esperar, los parlamentarios de todos los colores, una gran mayoría para aprobar la inclusión en la Constitución de las condiciones del uso de estado de emergencia.
Una gran mayoría socialista electa (96) aprobó este artículo, once de ellos se han negado a hacerlo, entre ellos el ex ministro Benoit Hamon, que votó en contra. Entre los republicanos, y mucho menos representados en la Cámara, los funcionarios electos  se opusieron a la medida - Sólo uno de los diez miembros estuvo presente para la votación -, así como los del Frente de Izquierda y la mayoría de los ambientalistas.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/02/08/suivez-en-direct-les-debats-a-l-assemblee-nationale-sur-la-revision-constitutionnelle_4861530_823448.html#zDbIBAX6rxwBzZdm.99   

 

L'infante Cristina d'Espagne et son mari, Iñaki Urdangarin, à Stockholm, en 2010.            

La princesse Cristina d’Espagne sur le banc des accusés pour fraude fiscale

L’infante doit comparaître, à compter de mardi, dans un vaste procès pour détournement de fonds publics et fraude fiscale mettant à mal l’institution monarchique.