Percy Cayetano Acuña Vigil

Página organizada por Percy Cayetano Acuña Vigil, está dedicada a temas de información y de discusión del urbanismo, el planeamiento y la arquitectura, enmarcados por mi visión de la filosofía política.

Sugerencias

Comentarios recientes

Se encuentra usted aquí

Noticias desde Paris, despues de los acontecimientos de Nizza

hh

Comparto información de la prensa francesa a raíz de los recientes acontecimientos en Nizza

 

Hollande doit être destitué par la Haute Cour pour « haute trahison »

 Il y a 8 mois, le mardi 17 novembre 2015

Lea más en http://www.bvoltaire.fr/aristideleucate/hollande-etre-destitue-haute-cou...

L’état d’urgence a beau avoir été décrété par le chef de l’État arborant, pour l’occasion, l’air martial des généraux avant le combat, il n’en demeure pas moins que sa responsabilité – tout comme celle du gouvernement qui, les institutions n’eussent été aussi gravement corrompues, devrait, a minima, lui proposer la démission dans son entier – est directement et sérieusement engagée.

L’on apprend ainsi qu’une des bombes humaines du Bataclan, un dénommé Samy Amimour, revenait de Syrie après avoir quitté la France – et y être revenu pour commettre son irréparable forfait – tandis qu’il était normalement placé sous contrôle judiciaire ! Bien que connu de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) qui l’avait auditionné en octobre 2012, l’individu, malgré une mise en examen pour association de malfaiteurs terroristes et un contrôle judiciaire, se baladait néanmoins tranquillement dehors. Inouï !

Hallucinant, même ! Déjà un laxisme impénitent pointait sous l’indécrottable indépendantiste Taubira.

L’on tombe derechef de l’armoire quand l’AFP lâche que la Turquie avait averti la police française par deux fois, en décembre 2014 et juin 2015, au sujet d’Omar Ismaïl Mostefaï, un des assaillants de la salle de concert parisienne ensanglantée. Circonstance aggravante : les autorités turques se sont heurtées au mur du silence des services français.

Ces informations – la seconde a été opportunément distillée par Ankara à des fins de déstabilisation intérieure du pouvoir – indiquent que la sécurité des Français a été considérée, jusqu’à présent, comme accessoire par le gouvernement. Une politique de gribouille où l’indolence le disputait au mépris, où l’incompétence voisinait avec l’inconséquence.

Mais il y a pire. Non content de soutenir les immigrationnistes foireux de Bruxelles à Berlin, Hollande n’a cessé, depuis son arrivé à l’Élysée, de multiplier les appels du pied au Qatar et à l’Arabie saoudite, pétromonarchies wahhabites auxquelles la France livre régulièrement des armements (avions de combat, fusils d’assauts, etc.), et soutenant notoirement le djihadisme à travers le monde.

Dans un édifiant entretien accordé au Monde, François Hollande confiait « que la France a soutenu la “rébellion syrienne démocratique” en lui livrant des armes. “Les rebelles syriens méritent tout notre soutien” », avait-il rajouté (20 août 2014). Depuis lors, il s’est bien gardé de préciser que « les armements livrés par les services français sont – d’une manière ou d’une autre – tombés entre les mains de groupes djihadistes, qui se réjouissent aujourd’hui de la vague d’attentats qui déstabilise la France en profondeur » (Le Canard enchaîné, 21 janvier 2015).

Parce que de tels faits sont connus et encouragés au plus haut niveau de l’État, dont les agissements mènent, de façon récurrente, aux résultats tragiques que l’on sait, la conclusion s’impose. Sauf à contrebalancer radicalement les effets mortifères de son improvisation politique, Hollande doit assurément remettre sa démission au peuple français. À défaut, il doit être destitué par la représentation nationale réunie en Haute Cour, en application de l’article 68 de la Constitution, pour « manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat ».

Une forfaiture qu’on dénommait naguère haute trahison.

Lea más en http://www.bvoltaire.fr/aristideleucate/hollande-etre-destitue-haute-cou...

 

La trahison, dit-il, eût été de laisser le pays dans l’état où il l’a trouvé…

 Il y a 3 semaines, le samedi 2 juillet 2016

Lea más en http://www.bvoltaire.fr/virginievota/la-trahison-dit-il-eut-ete-de-laiss...

 

Malgré une cote de popularité atteignant 12 %, François Hollande se voit inconditionnellement en haut de l’affiche présidentielle 2017. Lors de son premier entretien de campagne accordé au journal Les Échos, jeudi 30 juin, il pratique à merveille la technique du crabe : biaiser ses propos, répondre à côté, contourner les questions. Gonflées par un métalangage technique qui dissimule mal la vacuité de ses pensées, ses réponses creuses dissuadent manifestement le journaliste d’en demander davantage.

On lui demande si les électeurs n’ont pas de raisons de se sentir trahis, le bonhomme se trouve pris d’une crise de cécité aiguë : « Est-ce qu’il y a un domaine, depuis 2012, où les droits aient été amputés, les prestations réduites, la protection sociale entamée ? Y a-t-il une priorité – l’éducation, la culture, la santé ou autre – où l’on a fait le choix de l’austérité ? » Et de conclure son laïus par une phrase, véritable clef de sa politique depuis quatre ans : « La trahison, c’eût été de laisser le pays dans l’état où je l’ai trouvé. » Mission accomplie.

Enfin, lorsqu’il aborde « les mensonges, les simplifications, les outrances et même les violences que l’on a constatés pendant la campagne référendaire au Royaume-Uni » en regard avec le résultat obtenu, le président de la République projette ses propres vices sur l’adversaire, un cas de transfert couramment utilisé par la gauche des Lumières pour accabler ses opposants de ses propres défauts afin d’en détourner l’attention. D’ailleurs, il existerait une bonne et une mauvaise gauche : « la gauche de gouvernement » rempart contre l’extrême droite, et la « gauche de contestation » à éliminer puisqu’elle remet le pouvoir en question.

Sous couvert d’une apparente simplicité, le mandat de François Hollande a révélé un despotisme éclairé des plus insidieux. Réduction de la liberté d’expression, invasion migratoire, attentats, hausse du chômage, islamisation de la société française, épuration de nos racines historiques dans les manuels scolaires, successions de grèves et manifestations devant lesquelles le gouvernement demeure sourd, voici la liste non exhaustive des principaux fléaux de « la gauche de gouvernement ».

Pour le cinquantenaire de la Troisième République, en 1925, Charles Maurras s’exclamait déjà que « dans ces pauvres petites apologies de la République, c’est que bien peu abordent franchement la question du résultat ! C’est au résultat que l’on juge un mode de gouvernement. […] C’est pour la qualité particulièrement décadente et diviseuse de ses résultats de tout ordre que la Troisième République nous semble proclamer sa propre déchéance. » La République de gauche n’a que trop prouvé son incapacité.

Puisse, au moins, la médiocrité historique de François Hollande achever de convaincre les Français les plus sceptiques !

Lea más en http://www.bvoltaire.fr/virginievota/la-trahison-dit-il-eut-ete-de-laiss...

 

http://www.bvoltaire.fr/rubrique/politique

Benoist Apparu : «Sarkozy a le droit pour lui, la morale c'est autre chose»

LE SCAN POLITIQUE - Le député de la Marne invite les candidats la primaire de la droite à tirer les enseignements des choix politiques de David Cameron qui ont conduit au Brexit.

Sarkozy repasse devant Juppé dans les sondages chez les sympathisants de droite ? «Non ce n'est pas inquiétant, parce que c'est un mouvement naturel», veut se rassurer Benoist Apparu invité sur France 2 ce mercredi matin . «On l'avait prévu (…) On sait qu'on ne va pas avoir un résultat avec 20 points d'écarts entre le 1er et le 2e et donc les choses vont mécaniquement se resserrer», indique Benoist Apparu, député de la Marne. Ce qui semble aussi avoir été prévu au sein de l'équipe d'Alain Juppé, c'est une salve de contre-attaque fournie contre l'ancien président. «Il a aujourd'hui le droit pour lui, la morale c'est autre chose», assène le maire de Chalons-en-Champagne.

Dans la gestion du parti par Nicolas Sarkozy, rien ne va pour Benoist Apparu. «La procédure suivie pour les investitures n'est pas la bonne. On ne le fait pas de façon sereine et avec des règles du jeu qui ne sont pas d'une clarté absolue et totale», bocarde-t-il. Même jugement pour le programme, que le maire de Bordeaux n'entend pas ni respecter ni même adopter. «Si on veut regarder les choses en face c'est plutôt le programme de Nicolas Sarkozy. Et donc non, Alain Juppé ne sent pas tenu par le programme de Nicolas Sarkozy, pas plus que Nicolas Sarkozy ne se sentira tenu par le programme de Bruno Le Maire ou de François Fillon». Et le député de s'agacer encore: «Évidemment que les choses ne sont pas claires et évidemment que Nicolas Sarkozy est candidat: ce sont les investitures de Nicolas Sarkozy tout comme ce samedi (le programme LR sera soumis au conseil national du parti, ndlr), ce sera le programme de Nicolas Sarkozy, ce sont les meetings de Nicolas Sarkozy, en tant que candidat. Plus tôt les choses seront claires, mieux ce sera pour tout le monde».

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2016/06/29/25002-20160629ARTFIG00101-benoist-apparu-sarkozy-a-le-droit-pour-lui-la-morale-c-est-autre-chose.php

Evacuation de SDF : Valls dément avoir mobilisé la police à des fins privées

Politique Selon Le Canard Enchaîné, le ministre de l'Intérieur aurait demandé aux policiers de son quartier, le XIème arrondissement de Paris, d'avoir "une tolérance zéro pour les SDF sur les trottoirs". Une demande express de son épouse, selon l'hebdomadaire.

Le ministre de l'Intérieur aurait-il fait un peut trop de zèle ?

Manuel Valls, a démenti mercredi "de manière catégorique" avoir mobilisé la police parisienne pour déloger des SDF d'un quartier du XIe arrondissement où est situé son domicile privé, comme l'en accuse le Canard enchaîné de mercredi. Le ministre "tient à démentir de manière catégorique le contenu et les suppositions de l'article du Canard enchaîné titré "Valls tire à la Roquette sur les SDF de Bastille".

Selon l'hebdomadaire satirique, le ministre serait intervenu en ce sens après que sa compagne, la violoniste Anne Gravoin, eût été importunée par un mendiant à la sortie d'un magasin où elle faisait ses courses, de même qu'il aurait fait "réactiver" un arrêté de 2008 lié à la consommation d'alcool sur la voie publique.

"Problématiques d'insécurité" dans le quartier, selon Valls
  
Ce quartier "est un secteur populaire, commerçant et festif qui connaît, depuis longtemps, des problématiques d'insécurité et d'installations d'individus dans l'espace public", souligne le ministre de l'Intérieur dans un communiqué mercredi. Elles sont "relayées par les riverains, les commerçants, le conseil de quartier", relève M. Valls, et, "à ce titre, dès lors que des demandes légitimes et récurrentes de riverains appellent les autorités à mettre en place des mesures de sécurité, le ministre de l'Intérieur, qui est aussi un citoyen, ne saurait en être exclu", assure-t-il.

Selon le communiqué, le Canard enchaîné, "en indiquant explicitement que les mesures prises dans le quartier concerné seraient le fruit d'une commande injustifiée, discrétionnaire et arbitraire, soit relaye une rumeur infondée au mépris des plus simples précautions journalistiques, soit travestit la réalité dans un but mercantile".
  
Quant à l'arrêté préfectoral de 2008 interdisant la vente d'alcool sur la voie publique entre 16 heures et 7 heures qui aurait été "réactivé, M. Valls juge que le Canard enchaîné "ignore délibérément que cet arrêté préfectoral, pris à la suite d'une initiative de la municipalité du 11e arrondissement, constitue, depuis plus de trois ans, le cadre d'intervention régulier des services de police".

Hollande Démission

Hollande y sus gastos superfluos

Le Canard enchaîné révèle dans son édition à paraître mercredi que le coiffeur affecté au président de la République est payé 9.895 euros brut par mois depuis mai 2012.

Pour ses cheveux, François Hollande ne lésine pas sur les moyens. Le Canard enchaîné révèle en effet dans son numéro à paraître mercredi qu'un coiffeur est affecté à la chevelure présidentielle depuis mai 2012 pour 9.895 euros de salaire brut mensuel.
 
Le contrat de travail d'Olivier B., "coiffeur personnel du chef de l'État", a été signé le 16 mai 2012 par la directrice de cabinet de l'Élysée à l'époque,  Sylvie Hubac, précise l'hebdomadaire.

Failles et MENSONGES...!
Valls et Cazeneuve s'accrochent au pouvoir comme des morpions s'accrochent .........alors que la décence serait de Démissionner !
#GaucheMafieuse

Qu’est-ce que la « garde nationale » souhaitée par François Hollande ?

LE MONDE | 22.07.2016 à 14h38 • Mis à jour le 22.07.2016 à 15h04 | Par Mathilde Damgé

François Hollande a appelé les citoyens à s’investir dans les différentes réserves pour constituer une « garde nationale », une idée qui avait déjà été évoquée devant le Congrès après les attentats du 13 novembre.

Il s’agirait d’un développement des réserves de la gendarmerie, de la police et de celles existant au sein des armées de terre, de l’air et de la marine, afin de soutenir le travail des forces de l’ordre, mises sous pression par dix-huit mois d’état d’urgence et la série d’attentats.

Si elle était réellement formée, de combien de personnes serait composée cette garde nationale ? De simples citoyens ou des militaires formés ? Le point sur ce dispositif inédit sous la Ve République.

La garde nationale, c’est la réserve, en fait ? C’est un peu plus compliqué

La garde nationale n’a pas encore vraiment d’existence propre. Mais dans les faits, si elle prenait forme, elle reprendrait les effectifs de la « réserve opérationnelle ».

Lire aussi :   Attentat de Nice : qu’est-ce que la « réserve opérationnelle » ?

Il existe plusieurs réserves en France, et toutes n’ont pas le même rôle. Voici une petite présentation pour y voir plus clair :

  • la réserve opérationnelle a pour but est d’être utile sur le terrain, en interventions auprès ou en remplacement des forces de l’ordre et des militaires. Elle est constituée de volontaires (issus de la société civile ou de l’armée) et de militaires partis de l’armée depuis moins de cinq ans (durée pendant laquelle tout militaire est soumis à l’obligation de disponibilité) ;
  • la réserve citoyenne, environ quatre mille personnes, est surtout consacrée à la communication et à l’aide à la reconversion (d’anciens militaires). Il ne s’agit donc pas d’intervenir sur des terrains d’opération militaire mais d’être des « ambassadeurs de la défense et de la gendarmerie ». Il y a une sous-branche, les réservistes locaux à la jeunesse et à la citoyenneté (RLJC), qui font essentiellement un travail de recrutement auprès des jeunes de quartier sensibles ;
  • la réserve liée à la cyberdéfense, cent cinquante membres environ, dont la mission se limite à des actions de sensibilisation et d’information.

Les réservistes, ce sont des citoyens à qui on donne un fusil ? C’est un peu plus compliqué

Si les forces réservistes peuvent être constituées de « simples » citoyens, ces derniers sont formés, au minimum cinq à dix jours par an. Un temps de formation d’autant plus indispensable pour remplir des missions en armes au sein de la population (treize jours de formation minimum dans ce cas). Ainsi, seulement 321 réservistes ont été engagés dans l’opération « Sentinelle », soit à peine plus de 3 % des personnels engagés.

L’ensemble des forces de cette réserve opérationnelle est divisé en deux niveaux :

  • côté volontaires, l’armée compte 28 000 réservistes et la gendarmerie 28 000. Ils ont signé un contrat ESR, engagement à servir dans la réserve. Ces effectifs comprennent des membres de la société civile et des militaires du rang. C’est ce qu’on appelle la réserve de premier niveau ;
  • s’y ajoutent des effectifs potentiels beaucoup plus importants : 118 000 anciens militaires d’active et anciens gendarmes. C’est la réserve de deuxième niveau.

Soit, au total, un vivier d’environ 174 000 personnes mobilisables en cas de nécessité.

Par ailleurs, l’armée et la gendarmerie ambitionnent d’augmenter les effectifs pour atteindre l’objectif de 40 000 volontaires chacun dans les prochaines années. Côté police, on compterait 3 000 réservistes à peine (de la « réserve civile »), ex-policiers pour la plupart. Ce qui porterait le vivier total de la garde nationale à potentiellement 201 000 hommes et femmes mobilisables sur des terrains d’opération.

Ils seront tous mobilisés dans les prochaines semaines ?

NON

François Hollande a annoncé que 15 500 réservistes opérationnels de gendarmerie et de police seront appelés « d’ici la fin du mois » (dont la grande majorité sera constituée de gendarmes, 12 500), contre 12 000 actuellement, pour « assurer la sécurité des différents événements de l’été ».

De son côté, le ministère de la défense va « mobiliser les 28 000 titulaires d’un contrat d’engagement pour qu’ils se tiennent prêts pour les prochaines semaines ».

Toutes ces forces de réserve relèvent du niveau 1. Pour l’instant, seuls les signataires d’un contrat ESR vont être mobilisés, même si 3 600 anciens militaires ont été rappelés dans le cadre d’un exercice, Vortex 2016, qui a réuni essentiellement des troupes parachutistes.

D’après le compte rendu des organisateurs, il semblerait que le dispositif de la réserve de niveau 2 mérite d’être rénové :

« Dans le cadre de cet exercice, qui était une première puisque aucun rappel n’a été effectué depuis la professionnalisation, 42 % des ex-militaires du service actif concernés se sont réellement présentés au sein des régiments des brigades concernées. »

En cause, des adresses erronées, des employeurs réticents à laisser partir leur salarié (quand l’ancien militaire avait trouvé un autre emploi) ou, plus grave, des refus simples et catégoriques de participer à l’exercice.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/07/22/qu-est-ce-que-la-...

https://www.facebook.com/Mouvement.HollandeDemission/?fref=nf&hc_location=ufi

Hollande Démission

36 mins ·

Mensonges, Corruption, Manipulation.... Ils ont failli un leur plus grand devoir, Protèger les français. Ils ont ravagé notre pays, ils ont tué la Démocratie,baffoué toutes nos libertés ...et si les Terroristes c'était .......?

Hollande Démission Bravo à Sandra Bertin, policière municipale de Nice, qui a le courage de dénoncer la mafia socialiste et de révéler les pressions de Bernard Cazeneuve ! Soutenez la page et partagez en masse https://www.facebook.com/683268235153589/photos/a.683269085153504.1073741826.683268235153589/683269038486842/?type=3

 

Yves Scherlen Ça s'appelle de la subornation de témoin (Code pénal - Article 434-15) ! (Source: https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do...)

Code pénal - Article 434-15 | Legifrance

Le fait d'user de promesses, offres, présents, pressions, menaces, voies de fait, manoeuvres ou artifices au…

legifrance.gouv.fr

http://www.libertepolitique.com/

Nicolas et Salah.

 François Billot de Lochner : La France peut-elle échapper à la mort ?

Article rédigé par François Billot de Lochner, le 22 juillet 2016

Juin 2013. Avenue de la Grande armée, à Neuilly. Une foule joyeuse s’est massée devant le siège de M6, afin d’accueillir François Hollande qui allait être interrogé par cette chaîne de télévision. Les manifestants entendent lui montrer que leur opposition à la loi Taubira reste pleine et entière. Trompettes, sifflets, drapeaux, sono : rien ne manque aux manifestants. Les forces de l’ordre sont aussi nombreuses qu’inutiles, puisqu’elles savent parfaitement qu’il n’y a aucun risque que la manifestation dégénère. Mais Valls, l’homme au coup de menton viril, entend montrer sa force : la puissance inutile du faux fort ou du vrai faible. 

Lorsque le rassemblement est levé, de pacifiques groupes de jeunes gens se dirigent vers le XVIème arrondissement. Nicolas Bernard-Buss  est de ceux-là. Sans la moindre raison, Il est soudain coursé par des policiers en civil, essaye de leur échapper, se réfugie dans un restaurant, est rattrapé par les forces de l’ordre qui le jettent violemment à terre, le frappent, et le saucissonnent comme le dernier des délinquants. Le périple du garçon s’achèvera à Fleury-Mérogis : il est emprisonné dans des conditions de compagnonnage ignobles, et ne sera relâché que quelques semaines plus tard. Qu’avait-on à reprocher à Nicolas ? Rien. L’État en général, les forces de l’ordre, la justice et le personnel pénitentiaire en particulier auront agi dans le déshonneur le plus total. L’action violente du très faible est souvent honteuse.

Novembre 2015. Un petit groupe de musulmans sème la mort autour du canal Saint-Martin, au nom de sa religion. Des centaines  de morts et de blessés, pour la gloire d’Allah. Le commando, semeur de désolation, s’éclipse. Un certain Salah Abdeslam est ultérieurement rattrapé en Belgique,  extradé vers la France, et finalement incarcéré à Fleury-Mérogis. Pour ce personnage de haine, de violence, de sang et de meurtre, si content d’être tout cela à la fois, plusieurs cellules sont mises à sa disposition, car il lui faut du confort, tout de même, ainsi qu’une salle de sport : il est important qu’une telle personne  puisse continuer à se muscler en toute quiétude, aux frais du contribuable. L’État en général, la justice et le personnel pénitentiaire en particulier, auront une nouvelle fois agi dans le déshonneur le plus total. La soumission du faible au fort est souvent honteuse.

Mieux que de longs discours, le traitement infâme infligé à Nicolas Bernard-Buss et le traitement invraisemblable dont bénéficie Salah Abdeslam illustrent à eux seuls la dérive, ou plutôt l’écroulement de l’État français. La question que chacun est en droit de se poser est la suivante : jusqu’où ira la chute ?

François Billot de Lochner,

président de la Fondation de Service politique,

de Liberté politique et de France Audace.